théâtre
création 2019



Présenté en diptyque avec Nous dans le désordre, Wapiti Waves s’adresse aux plus grand.e.s. C’est écrit là : à partir de douze ans. Mais je vais te confier un truc : si tu as dix ans et si tu as un coup de foudre, mettons pour le titre de ce spectacle : Wapiti Waves – si soudain, tu te dis : j’ai trop envie de voir Wapiti Waves, attends-toi à ce que tes parents répliquent : c’est pas de ton âge. Normal. Mettons que, résolu.e, déterminé.e, entiché.e oserais-je dire, tu parviennes à les convaincre de t’emmener malgré tes huit ans. Alors bravo. Assume. Et si tu ne comprends pas tout, c’est pas grave. On ne vient pas au théâtre pour tout comprendre ; un peu décevant de tout comprendre, non ? Assume de t’asseoir dans une voiture qui roule peut-être un peu trop vite. Ce sera peut-être la meilleure expérience de spectateur.trice de ta vie ? Ce qui compte dans cette affaire, c’est que tu auras affirmé un désir et que tes parents l’auront écouté ; vous aurez fait une sorte de pari.

Parfois, c’est bien aussi de n’être pas tout à fait à sa place.

Parenthèse refermée.

Wapiti Waves, ce sont des jeunes gens qui se croisent à Lisbonne. Chassé.e.s par le réchauffement climatique, flanqué.e.s d’un être étrange, mi-homme mi-bête, descendu des contrées froides pour les sauver, il.elle.s embarqueront à Marseille sur un Zodiac de fortune, répondant ainsi à l’appel désespéré des abeilles ensuquées de Tanger. Enjoint.e.s à rejoindre l’Afrique pour tenter de reconstruire un nouveau monde.

Les forces contrastées de la jeunesse se déploient en un raz-de-marée poétique dans Wapiti Waves. Les forces d’une langue pas comme les autres, celle d’une jeune autrice qui s’appelle Martinage et qui creuse son monde avec un talent de musicienne en quête de sens. Langue des chants, des cris et des souffles, langue envahie, flow d’accueil, elle dit l’aujourd’hui comme on respire le grand large à pleins poumons.

C’est le metteur en scène Patrice Douchet, fin connaisseur des écritures contemporaines, qui l’a invitée à écrire cette fable où l’Europe regarde l’Afrique depuis les grandes eaux, où le réchauffement climatique dérègle tout, où l’on se rêve une abeille sur l’épaule.



DISTRIBUTION


Théâtre de la tête noire
Texte Martinage
Mise en scène Patrice Douchet
Jeu Jacques Courtès, Arthur Fouache, Clémence Prévault, Blanche Sottou, Ariane von Berendt
Scénographie Anabel Strehaiano
Musique et direction du travail vocal Fabienne Pralon
Costumes Adélie Antonin
Création et régie lumière Jonathan Douchet
Construction décor Atelier de la maison de la culture de bourges
Régie son Jennifer Condaminet


REVUE DE PRESSE



Production Théâtre de la Tête Noire, Scène conventionnée pour les écritures contemporaines. Coproduction Théâtre de Chartres, Théâtre de l’Éphémère (Le Mans), Centre Culturel Pablo Picasso (Homécourt).

Laisser un commentaire

Dès 12 ans

Théâtre de la tête noire

DOSSIER DE PRESENTATION


MARS
sam 28 17h
dim 29 17h
lun 30 14h15 - scolaire
mar 31 19h

durée 1h env.

TARIF ADO Pour les 3 spectacles « Ado » de la saison (Normalito, Wapiti Waves et Nous dans le désordre), les jeunes de 11 à 18 ans bénéficient d'un tarif de 10 CHF par spectacle.

Ange face à la mer

Photographie © Céline Gaille