QUI A PEUR DU LOUP ?

Posté sur déc 7, 2012 dans ACTUALITÉS, Spectacles

Un spectacle de Christophe Pellet et Matthieu Roy
Du 11 au 15 décembre – dès 10 ans

Attention vous risquez de changer de courses de Noël, vos enfants leurs souhaits de cadeaux. La pièce s’inspire au départ de la situation tragique de certains enfants livrés à eux-mêmes en Europe de l’Est, leurs parents partis travailler à l’étranger : comment se développe alors leur imaginaire ? L’écriture délicate de Christophe Pellet, conjuguée à la mise en scène élégante de Matthieu Roy, réussit le tour de force de transformer cette question en un conte moderne initiatique et universel: l’histoire de Dimitri et de Flora, de leur désir d’évasion, de liberté et d’émancipation à travers la figure du loup. Chaque spectateur aura sans doute une réponse différente à apporter: faut-il vraiment avoir peur du loup ?

FLORA
Je dessine ce que je ne vois pas. À quoi ça sert de dessiner ce que l’on peut voir en vrai ? Les renards, les loups, les oiseaux, les bêtes sauvages, on les voit toujours de loin. Ils s’échappent toujours. Je les dessine parce qu’on ne les voit pas, parce que toujours ils nous échappent.

« La littérature a participé à la création du mythe du loup et aujourd’hui s’il perdure, c’est toujours par ce véhicule. Il faut savoir qu’aujourd’hui il n’y a plus de loups sauvages (dans la plupart des pays), mais nous restons conditionnés par cet héritage. Pour les besoins du spectacle, nous sommes allés enregistrer des loups en semi-liberté dans le Gévaudan (France) et y avons appris que l’animal craint plus l’homme que nous n’avons peur de lui… Dans la pièce, la fascination de Dimitri pour les loups et cette forêt est synonyme de désir d’évasion, de liberté, d’émancipation. »
Matthieu Roy (http://sceno.fr – Mathieu Vautrin)

« Tout au long de la pièce, chaque personnage projette quelque chose sur la forêt qui entoure la maison et le village, et sur les loups qui petit à petit se rapprochent des maisons. La façon dont Livia regarde par la fenêtre avant de retourner travailler à l’usine, dont Dimitri se sent appelé par la forêt, dont Flora voudrait changer les petits garçons en animaux, puis dont elle attend, pendant plusieurs années, le retour de Dimitri, sont autant de rapports au monde, à un pays dont on ne peut s’échapper, avec lequel il faut composer, bordé de terres inconnues, aussi attirantes que menaçantes.
On entend aussi comme la violence du loup se superpose dans les imaginaires à celles des hommes qui ont terminé une guerre pour aller en poursuivre une autre ailleurs, tandis que les femmes pourvoient au quotidien et que les petites filles, avec des dessins et beaucoup d’imagination, aimeraient rendre inoffensifs les garçons qui les entourent. La force du texte de Christophe Pellet est de développer conjointement tous ces points de vue, et de toujours nous donner le choix entre plusieurs visions de la réalité. »
Mariette Navarro, dramaturge

L’auteur
Christophe Pellet est diplômé de la FEMIS, section scénario. Tous ses textes sont publiés chez L’Arche Éditeur. Loin de Corpus Christi a été présenté en 2010 à la Comédie de Genève dans une mise en scène de Michael Delaunoy. Encore une année pour rien a été créée au Royal Court Theater de Londres par Mary Peate avec une traduction de Martin Crimp (1997). En délicatesse a été créé par Jean-Pierre Miquel au Théâtre de La Tempête à Paris en 2002 et au CDN de Lorient par Madeleine Louarn en 2009, Le Garçon Girafe à Bordeaux par Jean-Louis Thamin en 2003 et en Allemagne par Carlos Manuel en 2005. Une nuit dans la montagne au Théâtre du Soleil à Paris par Jacques David en 2008. France Culture a diffusé plusieurs de ses textes. Il a réalisé des films d’après ses textes, le Garçon avec les cheveux dans les yeux, interprété par Edith Scob et Soixante-trois regards avec Mireille Perrier, Dominique Reymond, Françoise Lebrun, Katarzyna Krotki et Robert Shue.
En 2009, il a reçu le Grand prix de littérature dramatique pour La Conférence.
Qui a peur du loup ? est la première pièce jeune public de Christophe Pellet. Elle a été écrite en compagnonage avec la compagnie de Matthieu Roy.

Le metteur en scène
Matthieu Roy est diplômé de l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg (TNS) dans la section Mise en scène/dramaturgie (groupe XXXVI, 2004/2007). Pendant ces trois années d’apprentissage, il a travaillé avec de nombreux metteurs en scène au théâtre comme à l’opéra – Stéphane Braunschweig, Matthias Langhoff, Jean-François Peyret, Emmanuel Demarcy-Mota et Joël Pommerat – dans des maisons prestigieuses en France et à l’étranger. Il a suivi une master- class avec Krystian Lupa à Cracovie au Stary Theatre. Au cours de sa scolarité, il met en espace Little Boy de Jean-Pierre Canet et met en scène Léonce et Léna de Büchner et Drames de princesses d’Elfriede Jelinek.
Il a été assistant à la mise en scène de Joël Pommerat sur Je tremble (1-2) créé au Festival d’Avignon en juillet 08. À l’opéra, il collabore avec Richard Brunel sur la création de l’Opéra de Britten, Albert Herring, en 2009 et sur l’Elisir d’Amore de Donizetti en 2011. Matthieu Roy a créé avec La Cie du Veilleur le diptyque Au Temps de l’Amour à partir de Histoire d’amour (derniers chapitres) de Jean-Luc Lagarce et de L’amour conjugal d’après le roman d’Alberto Moravia. En 2009, il engage un compagnonnage avec l’auteur Christophe Pellet dont il crée La Conférence et Qui a peur du loup ? en 2011. Il a également mis en scène Le Moche de Marius von Mayenburg et Notre pain quotidien de Gesine Dankwart. En mars 2010, il a créé Qui a peur du loup ? avec les stagiaires de l’Ecole Internationale de Théâtre du Bénin à Cotonou.